Bilan de l'AG du 13 novembre 2007

L'AG s'est déroulée dans le SUAPS

Nous étions 2600!!!

Le bureau était doublé c'est à dire : deux présidents, quatre tour de paroles, deux secrétaires.

Ordre du jour :
I  : Récapitulatif du fonctionnement.
(un texte sera ajouté)

II :Rapport des commissions.
Internes
Externes
Média
Actions

III : Objectifs et moyens.
Revendication, manifestation, blocus et occupations, convergence, batiment du CIL, Droit et Sciences.

IV Coordination nationales.

V Action.



II Commissions
Externe =>
(des textes seront ajoutés)
    Retrouver les lycées et les autres facs pour connaitre leurs positions durant le mouvement. Distribution de tracts traitant de la LRU et de l'idéologie sociale mise en place par le gouvernement.
Ouverture du mouvement sur les autres revendications professionnelles.
Mise à jour des autres universités dans la lutte :
                                                                                        A Aix-Marseille : fermeture administrative
                                                                                        A Brest : Une AG a voté le blocus
                                                                                        A Caen : l'AG a reconduit le blocus
                                                                                        A Grenoble : l'AG a voté le blocus pour les journées de manifestations.
                                                                                        A Lille : le blocus  a été voté cette semaine mais la présidence a organisé un bulletin secret.
                                                                                        A Nanterre : une intervention a eu lieu de la part de la police sur les étudiants présent à l'AG (coup, gaz...)
                                                                                        A Rennes : deux votes se superposent, le premier a bulletin secret et le deuxième par l'AG. Le deuxième appelant au blocus au contraire du premier.
                                                                                        A Tours : 1500 étudiants en AG votent le blocus jusqu'au 21 novembre.

Média =>
(une charte des médias sera ajoutée)
    L'AG a voté le rejet des médias (la commission doit donc obéir).
La commission remarque qu'il y a un manque de confiance des médias. Que malgré que les médias soient refusé dans l'AG les reportages sont toujours là. Qu'il est fait un communiqué à la fin de chaque AG destiné à la presse.

La charte des médias est lu.

La commission propose : organisation de conférence hebdomadaire.
                                                refus des médias en AG
                                                interview accompagné et tournante
                                                communiqué de presse
                                                que soit cité des sources de média alternatif

Interne=>
    Il manque du monde a cette commission et tout le monde peut y assister
Une cuisine est organisée. Il faut faire les courses. Il est déconseillé vivement de fumer dans les amphis et les salles mais pas dans le hall.

Action=>
Rendez-vous au Tertre à 15h et 15h30 en science.



III : Objectifs et moyens.
tours de parole :
    Un étudiant dit qu'il est inadmmissible de fumer dans les locaux, que les fumeurs doivent aller dehors.
    Un autre dit qu'il faut s'associer aux autres mouvements sans pour autant mélangés les revendication. Il dit qu'il est contre la LRU.
    Un autre étudiant dit qu'il faut s'associer pour la lutte contre le système (mise en place des retraites, des emplois, des régimes spéciaux, ...) et que de plus la coordination nationale l'a revendiquée.
    Quelqu'un dit qu'il est important d'inviter d'autre syndicats que les cheminots. Que seul on arrive a rien, qu'il ne faut pas faire de corporatisme.
    Quelqu'un appel à signer à une pétition apolitique qui appel à voter à bulletin secret controlé organisé sur une journée.
    Un autre dit que le blocus permet des discussions mais que souvent  "l'anti bloqueur" se fait insulter.
    Un étudiant ajoute que le vote à bulletin secret ne permet pas de discuter et que cela est inadmissible.
    Une autre personne rappel que la coordination nationale est contre le bulletin secret car il porte préjudice au mouvement.
    Quelqu'un d'autre dit que le gouvernement est  légitime et que donc il ne faut pas le remettre en question.
    Une étudiante lance qu'il ne faut pas avoir peur du vote à bulletin secret.
    Un étudiant cite un autre étudiant rennais : "l'isoloir ça isole"
    Un élu aux élections du CEVU précise qu'il est élu par 300 personnes sur 1500 et qu'en AG nous sommes 2500, que par conséquent l'AG a plus de légitimité.
    Quelqu'un met en doute ce que la coordination nationale a appelé a faire. il considère que qu'il faut d'abord laisser les cheminots se mettre en grève. Il dit que le vote ne fait pas tout.
    Un autre étudiant répond que l'on ne vole pas la vedettes aux cheminots et rappel que 60% du PIB est pris par une minoritée ainsi que le fait qu'un vote à bulletin secret jouerais contre le mouvement, qu'il démolit le mouvement.
   Un étudiant répondait en disant que nous n'étions pas impuissant car c'est la base qui doit tout faire, car tous ensemble, car tout devient possible.
    Quelqu'un disait que la lutte est politique et que par extension il faut aussi lutter en dehors de la fac.
    Un autre disait qu'une démocratie se mesurait grace au contre pouvoir et que donc il fallait s'opposer à ce pouvoir.
    Une étudiante de la Cé dit que la LRU n'est pas aussi noir que ce que l'on dit. Qu'il faut lire la loi, qu'il faut continuer d'en parler, que le vote à bulletin secret est plus démocratique, qu'il faut rejoindre le contre-mouvemennt.
    Une autre étudiante de la Cé à dit que le blocus n'est pas démocratique et demande le bulletin secret.
    Quelqu'un affirme qu'il craint que la fac de lettre disparaisse comme l'histoire de l'art, la philosophie, ...
    Une personne appel à l'unité du mouvement.
    Quelqu'un d'autre rappel que la manif des 20000 médecins à Paris avait suffit pour faire reculer la loi les concernants. Il ajoute que l'on devrait en faire autant.
    Un étudiant prend à part l'UNI en disant qu'ils pourrissent les AG.
    Un autre étudiant réexplique la loi : les frais d'inscriptions, le classement des universités. Il prend pour exemple qu'aux USA il n'existe que deux sortent d'universités : les gratuites... et les très très chères...


Ensuite un débat sur le thème du blocage a été proposé :

    Pour commencer un étudiant a dit que le blocage permet aux étudiants faisant partis du mouvement de travailler comme pour les commissions et pose la question du nombre d'étudiant impliqué sans blocus. Il rappel donc que le blocus n'est pas un but mais un moyen.
    Un autre continue en disant que durant les grèves ceux qui travaillent ne gagnent plus d'argent contrairement à nous. Donc le blocus nous fait gagner du temps et ce temps sert à s'informer.
    Un autre parle d'une phrase qu'il a souvent entendu "le blocus est une prise d'otage", mais selon lui ce n'est pas une prise d'otage mais une liberté de notre droit. il affirme aussi que la grève sans blocage reviendrait à ne rien faire.
    Quelqu'un qui précise ayant changé d'avis sur le thème du blocus ajoute que le blocus est un moyen de ne pas se faire pénaliser pendant les manifestations pendant que les autres travaillent.
    Un étudiant précise qu'il faudrait selon lui trouver un autre moyen de lutte pour éviter que le blocus ne soit systématique. Il demande aussi si le blocus va résister aux vacances de noël.
    Un étudiant s'affirmant apolitique réclame que le CIL ne fasse pas partis de l'AG. Il précise aussi que la réunion n'est que pour les étudiants du CIL.
    Un autre étudiant se souvient de sa vision du premier blocage. Il se souvient que c'est violent émotionnellement au début. Mais que c'est aussi nécessaire que les manifestations pour pouvoir se faire entendre.
    Une étudiant dit qu'elle a peur du blocus et peur pour ses examens.
    Un étudiant affirme que tout mouvement, toute prise de parole, que tout vote est politique et que par conséquent on ne peut être qu'apartisant et non pas apolitique.
Un autre étudiant rappel que la BU reste ouverte pour les études. Que le blocus permet de ne pas rater les cours et que sans blocus il n'y aurait pas de mouvement.
    Pour finir un étudiant dit que le blocus et le mouvement sont un engagement politique. Que le bulletin secret est faussé et dépolitisé. Et que le gouvernement a commencé à s'attaquer au point fort de résistance et qui si ces points lachent, toutes les lois passeront comme dans du beurre.

Ensuite le vote a été proposé.

Est-ce-que l'on continue le blocus jusqu'au 21 novembre?
NPPV : 21
Abstention : 89
Contre : 469
Pour :1256

Le blocus est donc reconduit.