la présidance met fin au dialogue

Vendredi 16 novembre

La présidence a fait évacuer les bâtiments occupés dans la soirée d'hier. Une nouvelle intervention policière que l'on ne peut que regretter. Cette intervention a été justifiée par un soucis de sécurité, si dans une certaine mesure les risques évoqués peuvent être reçus, nous savons toutefois que leur probabilité de se produire était faible et que le respect des locaux comme de la sécurité des personnes a  été scrupuleux.
Faut-il y voir une manoeuvre habile de la présidence pour se replacer au centre d'un dialogue qu'elle aurait voulu maîtriser? Pire encore, dissiper le mouvement en usant des moyens à sa disposition!
La rumeur de l'organisation d'un vote à bulletin secret par la présidence se voit également confirmée par la même occasion. Un vote qui, en l'absence de discussion et de concertation, se verrait déconnecté des étudiants. La question du vote ne doit pas non plus être laissée à la vollonté de la présidence. Une situation chaotique comme à Rennes II n'est pas tolérable. Le vote de droit, prévu en videoconférence avec La Roche-sur-Yon ne devrait donc pas avoir lieu. Les réunions des différentes commissions du mouvements se voient donc coupées de leurs lieu de réunion et d'information
Les bâtiments étant fermés, des étudiants m'ont appris que la BU l'est
également.
La manoeuvre se dit vertueuse mais semble d'avantage préjudiciable au dialogue, aux étudiants soucieux de travailler sur le campus en parallèle de leur mobilisation, ainsi quà la suite même du mouvement.
Enfin rappelons que l'emploi de la force est intolérable dans une université.
Le blocus tient toujours, la fermeture administratives ne représente rien de plus qu'une initiative de la présidence!

Les étudiants doivent réagir!
RDV à 14h sur le campus