Tract d'une commission d'une AG

Notre lutte et les leurs doivent aussi être les votres!

 

Nous sommes étudiants nantais syndiqués et non-syndiqués. Depuis quelques semaines, plusieurs assemblées générales nous ont réunis afin de créer une mobilisation contre la politique actuelle du gouvernement et en premier lieu contre la privatisation des facs. Nous souhaitons apporter notre soutien aux autres mouvements de contestation en vue d'une mobilisation collective.

 

Ainsi nous rejetons:

 

La loi relative à l'autonomie des universités(LRU) : c'est une réduction de la part d'étudiants au Conseil d'Administration (de 25% à 3%) ceux-ci étant remplacés par des chefs d'entreprise; la mise en place d'un «système d'aide à l'orientation» qui n'aura d'autre but que d'instaurer une sélection à l'entrée des universités, une autonomie financière qui provoquera une hausse sans limite des frais d'inscription...Pour résumer, la fac ne sera plus un lieu de transmission culturelle mais une véritable entreprise créant des travailleurs dont le diplôme professionalisant les soumettra aux fluctuations du marché. Ainsi certaines filières jugées «non-rentables» risquent de disparaître faute de subventions. Enfin, le personnel des universités perdra son statut de fonctionnaire et sera soumis à toujours plus de précarité.

 

La franchise médicale : Chacun devra payer 50centimes sur chaque boite de médicaments et soin paramédical ainsi que 2euros pour chaque recours à un transport sanitaire. Cela défavorisera une fois encore les plus pauvres puisque ce sont eux les plus touchés par les maladies et bien sur les moins enclin à payer des dépenses supplémentaires. On peut également imaginer les difficultés que pourront rencontrer les personnes atteintes de maladies qui nécessitent un traitement permanent ou un transport en ambulance régulier.

 

La « maitrise » de l’immigration : Le quota de 25000 expulsions à atteindre avant la fin de l’année provoque partout en France des situations inacceptables de traques sans pitié, de séparation des familles, de non respect des droits de l’homme et de l’enfant, de morts « accidentelles »…

Ce rejet des malnés de ce monde (qui ne font que ce que nous ferions à leur place) s’accentue encore avec notamment la mise en place d’un test ADN dans le cadre du regroupement familiale qui impose une conception de la famille aberrante se basant sur les gènes plutôt que sur les liens affectifs.

En somme la machine à expulser tourne à plein régime avalant des millions d’euros (alors que les services publiques manquent de subventions), séquestrant les plus miséreux, punissant la solidarité...

 

La réforme des régimes spéciaux de retraites : L’abolition des régimes spéciaux de retraite est prévue pour bientôt par le gouvernement car selon lui ces derniers seraient injustes et coûteraient chers. Ainsi, le système de retraite des cheminots par exemple, qui permet un départ en retraite avancé pour ses bénéficiaires, qui, par ailleurs pour obtenir ce « privilège » cotisent plus durant leur activité et touchent moins pendant leur retraite sera supprimé sans pour autant permettre de récupérer les 2,6 milliards d’euros dépensés annuellement pour palier son déficit dû à un nombre trop important de pensionnaires par rapport au nombre de cotisants (accentué par les nombreuses suppressions de postes dans la SNCF) car en passant à un régime de retraite normal ce ne sera plus l’Etat qui payera mais la sécurité sociale, autrement dit les salariés…

 

La réforme fiscale : 3,6 milliards d'euros redistribués dont 70% iront aux 20% des foyers imposables les plus riches.

 

Le service minimum : il oblige les travailleurs à déposer un pré-avis de grève 48 heures avant le conflit et impose un vote pour reconduire la grève après 8 jours. Voilà qui va en dissuader plus d'un et compliquer grandement la mise en place des mouvements qui de plus risquent d'être inefficaces compte tenu d'un service minimum, bref tout ça n'est autre qu'une grave atteinte au droit de grève.

 

 

Toutes ces lois et à la politique actuelle en général nous mènent vers toujours plus d'inégalités et d'injustices, pour empêcher cela il n' y a qu'une seule solution la mobilisation générale. C'est pourquoi nous vous invitons à nous rejoindre lors de notre journée d'action nationale contre la LRU le 23 octobre et sur: http://mouvement.etudiant.nantais.over-blog.fr

 

Lycéens, étudiants, tavailleurs, enseignants, chômeurs, et autres citoyens, c'est unis que nous changerons les choses!